samedi 13 juin 2020

Faïences de Quimper...

Et voici un mélange de belles céramiques de Quimper, anciennes, arrivées il y a peu de temps à la galerie... Tentons de respecter un ordre chronologique pour vous les présenter, des années 20 aux années 50.

Un très beau et grand plat de chez HB est arrivé il y a quelques jours. Le décor central, d'une très grande finesse et d'une belle originalité, est mis en valeur par l'aile et le marli traités, spécialité maison, en décor "broderie" ou "perlé". 
Grand plat à décor de marin et Bretonnes, faïence, manufacture HB, diam. 48 cm, années 20-30
Œuvre vendue
La signature, au dos, indique que nous avons bien à faire à une faïence des années 20-30. La scène au registre central reste pour moi une énigme... retour d'un marin en permission ? ... échange de vœux entre deux promis ? Peut-être un lecteur pourra-t-il me livrer la clef de cet "instantané" centenaire ?
Seconde faïence, une belle création des années 20, par l'un de mes artistes de prédilection chez Henriot, le nancéen Émile Bachelet (1892-1981).
Emile J. Bachelet, Pêcheur de Douarnenez, faïence, manufacture Henriot Quimper 145, H. 33 cm ; L. 16 cm ; l. 14.5 cm, années 20-30
Ce Pêcheur de Douarnenez (aussi appelé Marin aux paniers ou Pêcheur sardinier) apparaît ici dans sa sobre polychromie, mis en valeur par un biscuit de grande qualité aux angles bien nets et marqués. 
Le hiératisme de la posture, bien équilibrée, est une grande réussite !

Restons dans une belle faïence à l'expression également profondément marquée de sobriété et de retenue.
Robert Micheau-Vernez, Jeune femme de Plougastel-Daoulas avec son enfant, faïence, manufacture Henriot, Quimper, H. 45 cm ; L. 25 cm ; l. 18 cm, années 30-40.
Œuvre vendue 
Il s'agit de la Jeune femme de Plougastel-Daoulas avec son enfant, intéressante création de Robert Micheau-Vernez (1907-1989). Cette faïence a été créée par l'artiste dès 1932 et exposée pour la première fois à la galerie Saluden de Brest cette même année.

Tout l'équilibre de cette œuvre repose dans la noblesse du port du costume et dans la netteté de la ligne graphique de l'ensemble. Une belle réussite !

Passons à un beau serre-livres, vivant et humoristique.
Jim Sévellec, Appuie-livres cache-cache, manufacture Henriot, Quimper, 145, dim. max. H. 15.5 cm ; L. 12 cm ; l. 10 cm, années 30.
Jim Sévellec (1897-1971), le créateur de cette amusante céramique, utilisait sa propre fille comme modèle de ses faïences. En l'occurence, c'est à des jeux enfantins que nous participons là, puisque cette pièce, au catalogue de la manufacture Henriot, portait le nom d'appuie-livres cache-cache.
On remarquera la très belle qualité du biscuit et la finesse de la peinture.

Restons dans le registre enfantin avec ce joli bébé polychrome de Berthe Savigny (1882-1958).
Berthe Savigny, Bébé, faïence, manufacture HB, Quimper, H. 15 cm ; L. 16 cm ; l.14.5 cm, années 40.
L'assise particulièrement stable d'un bébé... très sage... ajoute à son charme.

Continuons avec une faïence amusante, de Charles Maillard (1876-1973).
Charles Maillard, Pichet Bigoudène, faïence, manufacture Henriot, Quimper, H. 25.5 cm ; L. 16 cm ; l. 15 cm, années 30-50.
Ce modèle de pichet a été décliné en plusieurs tailles par la manufacture Henriot. Il illustre avec beaucoup d'humour le caractère, souvent bien trempé, des Bigoudènes... Là encore, le biscuit et le décor, fins, sont des atouts pour cette jolie pièce.

Passons la Seconde Guerre mondiale pour "atterrir" dans les créations de la Faïencerie Fouillen.
De ce créateur sans cesse en renouvellement, voici deux céramiques.
La première, précisément datée du 10 octobre 1947, deux petites années après la naissance de la faïencerie, évoque, comme souvent de manière très rythmique, un quadruple portrait de femme aux yeux clos.
Paul Fouillen, coupe sur piédouche, faïence, Faïencerie Fouillen, Quimper, H. 6.5 cm, diam. 30 cm, 1947.
Qui est cette femme aux longs cheveux, entourée d'animaux aux corps serpentiformes prolongés de têtes cornues ? Avons-nous à faire à quelque prêtresse celtique.
Cette pièce originale, unique et atypique, était restée collection personnelle de Paul Fouillen (1899-1958) après sa création.

Enfin, toujours de Paul Fouillen, mais vraisemblablement des années 1950, une belle et chatoyante coupe aux riches émaux.
Paul Fouillen, coupe au phoenix, faïence, Faïencerie Fouillen, Quimper, H. 4 cm, diam. 29 cm, années 50.
Plusieurs éléments très caractéristiques de ce créateur se retrouvent ici : l'oiseau celtisant, les motifs feuillagés, les éléments décoratifs issus du répertoire bigouden. En l'occurence, la puissance chromatique de l'ensemble m'a immédiatement fait penser à une sorte de phoenix breton... une belle image de résurrection en ces temps de déconfinement !

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr


vendredi 12 juin 2020

Détails...

Ah la beauté des détails ! Alors que je réalise une campagne de photos pour un ou plusieurs sujets du blog, voici des détails de quelques céramiques de Quimper, très bientôt en vente ici... 


Les amateurs les plus avisés reconnaîtront certains artistes...

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr

jeudi 11 juin 2020

Jeanne Malivel et l'Histoire de notre Bretagne

Une jolie édition, en parfait état, de cet ouvrage, polémique en son temps, vient de faire son apparition en vente à la galerie.

OUVRAGE VENDU

Cet ouvrage est certainement l'un des points d'orgue de la carrière de cette artiste à la trajectoire courte et fulgurante.

Olivier Levasseur, dans l'ouvrage qu'il a consacré à Jeanne Malivel (éd. Coop Breizh - disponible à la galerie), revient sur l’œuvre : L'artiste se met rapidement au travail, mais la totalité des soixante-quatorze illustrations [...] sont réalisées sur une période de quatre ans (de 1919 à mars 1922). L'éditeur Camille Le Mercier d'Erm lui commande telle ou telle illustration, lui donne des conseils iconographiques pour s'en inspirer et n'hésite pas à lui demander de les rectifier lorsqu'il relève une inexactitude ou une approximation. [...] Le texte de Jeanne Coroller est parfois la source d'incompréhensions entre l'auteur et l'illustratrice. Quoiqu'il en puisse être, l'ouvrage finit par paraître, en octobre 1922, sous le pseudonyme de C. Danio, avec préface de François Vallée (1860-1949) que les deux femmes connaissent bien.

Ce livre ne laisse pas indifférent la critique qui se divise en deux camps : certains applaudissent un texte violemment antifrançais, d'autres l'attaquent pour les mêmes raisons. Tous cependant reconnaissent l'originalité novatrice du travail d'illustration, y compris la presse nationale. Un journaliste écrit ainsi : "Les bois de Mlle Jeanne Malivel [...] sont charmants. Ou plutôt non, ils ne sont pas charmants - mot banal - ils sont forts et rudes, ils ressuscitent admirablement les âpres scènes de l'histoire d'Armorique".

A propos des illustrations de cet ouvrage, Philippe Le Stum (conservateur du Musée départemental breton), dans son ouvrage sur la gravure sur bois en Bretagne (également aux éd. Coop Breizh et aussi en vente à la galerie) parle d'un "petit chef-d’œuvre xylographique et brûlot nationaliste [qui] contribua puissamment à imposer le bois comme médium de prédilection des artistes engagés dans la défense et l'illustration de l'idée nationale bretonne.

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr