samedi 1 décembre 2018

Valérie Le Roux !

Que seraient les fêtes de fin d'année à la galerie sans la présence des travaux de Valérie Le Roux ?


Au fil des années, avec patience, inventivité et régularité, Valérie Le Roux creuse le sillon d'une création originale, contemporaine mais connectée aux réalisations anciennes. 


Au fil du temps, elle a a su trouver et poser son style, proposer des évolutions tout en restant identifiable.


Au fil des cuissons, ses faïences évoquent toujours notre Bretagne, sans pour autant se complaire dans les lieux communs.

A la galerie, un dialogue entre des faïences de Valérie Le Roux et une grande gouache de René Quéré...

Car Valérie Le Roux, tout en modestie, est une vraie créatrice, pétrie de doutes mais forte de son talent.

Depuis quelques mois sont sorties de ses fours quelques pièces uniques, notamment des flacons tels que ces deux modèles que je présente ici.



Jouant sur l'univers de l'artiste, ils mélangent avec délicatesse parties émaillées et surfaces en biscuit, brillance et matité. Les bouchons semblent issu d'un univers marin breton... de quelque récif.



Reste à savoir si des génies se cachent dans ces précieux flacons... quelque part entre la "psychanalyse du feu" et "l'eau et les rêves"...



Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr

samedi 10 novembre 2018

Mathurin Méheut, Lucien Simon...

Plusieurs très jolies œuvres sont arrivées cette semaine à la galerie... 

De Mathurin Méheut (1882-1958), deux belles gouaches sont à signaler. La première représente une très expressive génisse, la seconde, une scène de groupe, illustre un marché aux veaux en Pays Bigouden. (Les clichés photographiques on été réalisés à travers les verres des encadrements... ne tenez pas compte des reflets).

Mathurin Méheut - Jeune génisse - gouache sur papier - sbd - dim. (ca) H. 18 cm ; L. 23 cm
La douceur du regard de cette jeune vache a été parfaitement saisie par ce grand dessinateur, bien souvent animalier.
Mathurin Méheut - Marché aux veaux en Pays Bigouden - gouache sur papier - sbg - dim. (ca) H.  19,5 cm ; L.  30,5 cm

Belle composition pour cette gouache riche présentant, au premier plan, des veaux attachés par les quatre pattes, disposés sur de la paille et, en partie supérieure, une masse de personnages (foire ou marché) Bigoudens, entourant d'autres veaux dont le prix est, certainement, âprement négocié.

Lucien Simon - Marché aux bestiaux en Pays Bigouden - huile sur carton - sbg - dim. H. 30 cm ; L. 38,5 cm.

Enfin, restons en Pays Bigouden, probablement à Pont-l'Abbé, avec cette petite huile sur carton, bien enlevée, de Lucien Simon (1861-1945). Elle représente une scène de foire aux bestiaux. Les deux niveaux pourraient évoquer la place Gambetta de Pont-l'Abbé. Scène de foire ou de marché, là encore, comme chez Méheut, on sent le négoce actif ! Au passage, notons la belle matière de cette huile.

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr


samedi 27 octobre 2018

Patrice Cudennec : trois bronzes et une céramique

Depuis quelques jours sont arrivés à la galerie trois bronzes d'art de Patrice Cudennec, ainsi qu'une faïence émaillée, pièce unique.
Patrice Cudennec - Pêcheur aux raies - Bronze d'art - H. 20.5 cm ; L. 15 cm ; l. 6 cm.
Patrice Cudennec - Le pêcheur qui marche - Bronze d'art - H.  16 cm ; L. 6 cm ; l. 6 cm.
Patrice Cudennec - Le pêcheur à la rame - Bronze d'art - H. 19  cm ; L.  9 cm ; l. 5  cm.

Les trois bronzes illustrent les fameux "pêcheurs" de Patrice Cudennec. L'un porte des raies, le second marche avec deux poissons dans les mains, le troisième tient une rame.
















Ces trois belles œuvres sont des bronzes d'art, éditions à 8 exemplaires numérotés.








Par ailleurs, une céramique, terre chamottée émaillée, pièce unique façonnée et peinte par l'artiste est également arrivée à la galerie. Cette céramique est une représentation de Saint Corentin, premier évêque de Quimper, représenté ici avec son poisson.

Patrice Cudennec, Sant Kaourintin, H. 16.5 cm ; L. 6 cm ; l. 6 cm, terre chamottée émaillée.


Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr

vendredi 26 octobre 2018

Nouveau livre : Paul Fouillen, les années HB Quimper (1922-1928)

Fruit de nombreuses années de recherche et de collecte, Tony Graviano, collectionneur américain, vient de faire paraître cet ouvrage (bilingue français-anglais) intitulé "Paul Fouillen : les années HB Quimper (1922-1928).

Jamais jusqu'à ce jour un ouvrage ne s'était uniquement centré sur la collaboration de Fouillen et de la faïencerie HB. Le résultat est visuellement impressionnant : plus de 300 céramiques et dessins illustrent cet épais ouvrage de 224 pages à la couverture rigide.

Paul Fouillen, Lorientais d'origine, passé rapidement par les Beaux-Arts de Rennes, est arrivé à Quimper en 1921, pour entrer, en tant que flutiste solo dans l'harmonie municipale "la lyre quimpéroise". En parallèle à cette installation quimpéroise, il propose ses dessins à la manufacture HB. Embauché, son parcours est rapide puisque, dès 1924, il est chef d'atelier.
Durant quelques années, il fait partie des artistes collaborateurs de cette manufacture, créant de nombreuses pièces uniques et donnant des modèles destinées à l'édition (en faïence et pour les grès odetta). Paul Fouillen quitte la manufacture HB en 1928 afin de suivre de nouvelles aventures qui l'amèneront, en 1945, à créer sa propre faïencerie.


L'ouvrage explore donc les années HB de l'artiste, ce style étonnant et atypique qui l'amènera à obtenir une médaille d'argent lors de l'Exposition des Arts Décoratifs de Paris en 1925.

Tony Graviano a souhaité, il y a quelques semaines, faire don au Musée départemental breton de Quimper de la majeure partie de sa collection. Les céramiques Fouillen-HB, parties outre-Atlantique, sont donc revenues à Quimper... Un très beau geste d'un collectionneur passionné qui mérite d'être amplement salué !

Paul Fouillen / Les années HB Quimper (1922-1928)
Tony Graviano
 éditions JD etc
  224 pages
  29 x 22.5 cm
prix de vente : 40 euros
expéditions possibles - contacter la galerie

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr

vendredi 7 septembre 2018

Geo-Fourrier, Janssaud, Lemordant, Méheut, Anie Mouroux... quelques "nouveautés"

Le mois d'août est passé avec une rapidité... surprenante !
Avant de prendre quelques jours de congés (en fin de semaine prochaine), voici, en images, quelques belles œuvres arrivées à la galerie il y a peu.
Comme ces œuvres sont majoritairement datables de l'entre-deux-guerres, je ne choisis pas une logique chronologique, mais alphabétique, pour les présenter.
Georges Géo-Fourrier, Kolem, crayons sur papier, dimensions du dessin, à vue, H. 26 cm L. 36,5cm.
De Georges Géo-Fourrier (1898-1966), une belle vue africaine, très fraîche. L’œuvre se nomme "Kolem" et est datée du 30 avril 1931. Grâce à un client bienveillant, j'ai pu en savoir plus sur cette localisation.
"Kolem est à une centaine de kms au sud de Fort Lamy (N’Djamena, capitale du Tchad), sur le Logone, affluent du Chari.". L'artiste est passé à cet endroit lors de son second voyage en Afrique (13 000 km, du Congo au Cameroun).
Mathurin Janssaud, Le passeur à Concarneau (Lanriec), pastel sur papier, à vue H. 28 cm L. 38 cm.
Dans un genre bien différent, un beau pastel de Mathurin Janssaud (1857-1940) est arrivé il y a peu à la galerie. Direction Concarneau, ou plus précisément le passage Lanriec, avec ce pastel en parfait état, à la lumière belle et douce (comme souvent chez cet artiste). Il y a cinq ans, alors qu'un autre pastel de l'artiste était en vente à la galerie, je disais ceci : "Proche des artistes de Concarneau (Guillou, Deyrolle, Barnoin etc.), Janssaud dépeint la vie quotidienne des ports et des campagnes de Cornouaille. Son art, tout en finesse, se révèle tout particulièrement dans la maitrise des effets de lumière." Je ne retire rien à ces propos !
Jean-Julien Lemordant, Dessin préparatoire - scène côtière (naufrage ?), fusain sur papier contrecollé sur carton, dimensions, à vue H. 38,5 cm ; L. 56,5 cm.
Sans transition, voici une étude rude et puissante, de Jean-Julien Lemordant (1878-1968) : cette œuvre à la composition riche, évoque une scène du littoral breton. Il pourrait s'agir de la représentation d'une sauvetage durant un naufrage. La composition, fortement solidement structurée, évoque un travail préparatoire pour une œuvre décorative. Ce fusain provient de l'atelier de l'artiste.
Mathurin Méheut, Groupe de Bretons en bord de mer, crayon gras sur papier, dimensions, à vue, H. 12,5 cm L. 20 cm.
Du grand Mathurin Méheut (1882-1958), une jolie petite étude d'un groupe de Bretons sur fond de mer. Ce crayonné, rehaussé de blanc pour mettre en lumière les deux coiffes, vient d'être réencadré. Il bénéficie d'un certificat d'authenticité issu du précédent lieu de vente, un endroit de confiance pour la vente des œuvres de Méheut, tout proche de Quimper et aujourd'hui fermé...

Enfin, pour conclure ce petit panorama, une belle céramique quimpéroise...
Anie Mouroux, Santez Anne, mamm goz ar bretonned, H. 27 cm ; L. 25 cm ; l. 12 cm, Manufacture Henriot, Quimper, années 1930.
Anie Mouroux (comprenez Mélanie Mouroux) (1887-1978), est une artiste peu prolifique à Quimper. Son travail avec la manufacture Henriot est uniquement lié à une thématique religieuse. Artiste parisienne, elle entre en contact avec la manufacture quimpéroise Henriot via les libraires Le Goaziou, amis de son époux (l'un des directeurs de la maison d'édition Larousse), nous nous situons ici à l'aube des années 1930. Cette céramique a été éditée à Quimper en différents formats. Celui que nous présentons ici est le plus petit (il ne mesure que 27 cm de hauteur, là où le plus grand culmine à 64 cm !). Cette œuvre, rare, est une évocation de la Bretagne et de ses évêchés. Le grand manteau de Ste Anne, à l'intérieur ponctué d'hermines, dans un mouvement enveloppant, protège les Bretons agenouillés à ses pieds.

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr



mardi 7 août 2018

Jean-Julien Lemordant - Une esquisse pour le décor de l'Hôtel de l'Epée

Une magnifique étude, très aboutie, pour le fameux décor de l'Hôtel de L’Épée à Quimper, vient d'arriver à la galerie...
Jean-Julien Lemordant, Les porteurs de mâts, étude pour l'un des panneaux de l'Hôtel de l'Epée, Quimper, gouache et fusain sur papier, dimensions visibles H. 39,5 cm ; L. 47,5 cm - dimensions avec le cadre H. 53 cm ; L. 64 cm, ca. 1906-1907.
Œuvre vendue
Retour sur le contexte de cette réalisation :
Jean-Julien Lemordant (1878-1968) est l'un des artistes bretons majeurs de l'entre-deux-guerres. Natif de Saint-Malo, il est orphelin de père à l'âge de 11 ans.
Élève des Beaux-Arts de Rennes puis de Paris, il développe rapidement des dons remarqués par ses professeurs et un talent indéniable.

Sa carrière est lancée dès les années 1906-1907... et l'artiste a déjà, alors, commencé son "enracinement dans le Pays bigouden" (pour reprendre les mots d'André Cariou dans son ouvrage "Jean-Julien Lemordant" chez Palantines en 2006). Sur les traces de Lucien Simon et de Charles Cottet, Lemordant explore le lieu rude autour de Penmarc'h... bien loin des visions édulcorées de la Bretagne. Cette âpreté des sujets, liée à la puissance des compositions et des couleurs de l'artiste, vont marquer ses contemporains.

C'est à cette époque que l'artiste reçoit la commande, monumentale, du décor de la salle à manger de l'Hôtel de l’Épée à Quimper (vaste composition intégralement inspirée par le Pays bigouden). Cette commande, passée par les propriétaires de l'Hôtel de l’Épée en 1906, les frères Le Theuff, s'inscrit dans la vogue des décors peints dans les hôtels et restaurants de la région (notamment en Cornouaille). Lemordant conçoit ici un vaste ensemble iconographique cohérent. Ce programme illustre un pardon, les Bigoudènes et Bigoudens qui s'y rendent ou en viennent, mais aussi la récolte du goémon lors des grandes marées et, enfin, la vie d'un port de pêche. "Ce port pourrait être tout autant l'un des trois de Penmarc'h, Saint-Guénolé, Saint-Pierre ou Kérity" (A. Cariou, p. 56). Les décors ayant pour thème la récolte du goémon et le port ont été réalisés entre les printemps 1907 et 1908. André Cariou explique la démarche de l'artiste :
"Les études qui nous sont parvenues permettent de comprendre la démarche savante du peintre, issue de l'enseignement académique qu'il a reçu. Il part d'études d'ensemble, largement esquissées, de petit format, puis de plus en plus grandes, tout en multipliant, à la peinture, à la gouache ou au crayon, des études des figures".

La gouache actuellement en vente à la galerie fait partie de ces études, très abouties. Sa mise en parallèle avec la réalisation finale permet de noter quelques changements subtils.
Aujourd'hui, ce superbe décor est installé dans une vaste salle du Musée des beaux-arts de Quimper (acquisition en salle des ventes en 1975, mise en place pour la réouverture du Musée en 1993).

L'élément du décor, présenté au Musée des beaux-arts de Quimper (salle Lemordant).

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr

jeudi 2 août 2018

... des détails

En un jour de braderie dans le centre ville de Quimper, j'ai le temps de faire quelques détails de belles oeuvres très récemment arrivées à la galerie... de lumineuses gouaches de René Quéré des années 70 et un très beau Lemordant (gouache, aquarelle, fusain sur papier)... 
René Quéré... détail d'une gouache sur papier
René Quéré... détail d'une gouache sur papier
Jean-Julien Lemordant... détail d'une technique mixte sur papier.


Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr